Les dernières nouvelles du chantier

MSIS Chantiers ALLAIS à Euronaval

Sur le stand THALES était présenté le SEAMAPPER, un concept développé par les ingénieurs de équipementier français reposant sur l’emploi du sonar remorqué T-SAS.

Afin d’offrir à leur client un package incluant le système de mise à l’eau et de récupération automatique mis au point dans le cadre du programme Espadon, mais aussi un navire spécialement conçu pour intégrer le SEAMAPPER, Thales a retenu le design ALLAIS parmi plusieurs autres qui lui étaient proposés.

MSIS Chantiers ALLAIS confirme, au travers du choix de Thalès, ses capacités en architecture et ingénierie navale à concevoir des navires techniques, déjà démontrée au travers de la gamme des Surfer conçu et construit pour Bourbon.

« L’intégration du Bureau d’Etudes au chantier est un argument majeur qui a conduit Thalès à retenir notre offre, de même que la qualité de notre organisation de la production à pu rassurer le client sur notre capacité à gérer un programme de développement industriel. » commente Michèle ROBERT la Directrice Générale du chantier.

Le périmètre de l’offre SEAMAPPER, qui s’étend du domaine de la défense au domaine civil, ouvre des perspectives de constructions pour l’entreprise, qui rencontre par ailleurs des succès sur le marché de l’offshore pétrolier avec sa nouvelle gamme de crewboat ESUS qui séduit une nouvelle clientèle.

Il était une fois les Surfers

Bonjour,

Aujourd’hui, nous vous proposons de lire l’article “Il était une fois les Surfers” rédigé par Olivier Blatrix, paru dans Navires & Marine Marchande, retraçant l’histoire et le succès du Surfer, et de ce fait de revivre une bonne partie de l’histoire du chantier Allais, qui à contribué à son développement.

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou annecdotes !

Bonne lecture 🙂

Les Surfers transportent chaque année des millions de passagers, conduits par leurs pilotes depuis leurs embarcadères jusqu’au pied des installations pétrolières implantées au large des côtes d’Afrique, du Brésil ou de l’Indonésie.
Ce sont les vedettes de l’offshore pétrolier, purs produits de l’architecture navale française, dont plus de deux cents naviguent chaque jour à pleine charge. Leur histoire est racontée ici pour la première fois….

 

Aussi bien en mer

Bonjour,

De la prise en compte des paramètres de performances, aux problématiques de coûts et jusqu’à la prise en compte du confort des équipages naviguants, voici les trois piliers fédérateurs servant d’axes aux phases d’élaboration et de conception de l’EAGLE BOW.

Aujourd’hui décliné en 3 modèles de 17,19 et 24m, Chantiers Allais vous propose une gamme de catamarans en aluminium capables d’emmener à destination les équipages sur les champs éoliens offshore.

  • Avec une coque conçue pour diminuer la consommation et augmenter les performances, nos tests ont démontrés que même par mer latérale, les opérations de débarquement ne nécessitent pas d’installation de propulseurs d’étrave.
  • Les ponts avants & arrières disposent d’espaces permettant une multitude de configurations.
  • Le salon passager est suspendus sur plots élastiques, améliorant ainsi la sensation de confort.
  • La zone de boatlanding garantie un accès sécurisé aux éoliennes.
  • Les aménagements sont nombreux et permettent d’optimiser l’utilisation du navire et améliore le confort à bord.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignement, nous nous ferons un plaisir de vous répondre !

 

 

Les Chantiers Allais – un reportage et quelques photos

Bonjour,

A l’occasion du salon Thétis, France3 a diffusé hier soir un reportage sur le crewboat et les innovations des navires proposées par le chantier pour répondre aux problématiques auxquelles sont confrontées les navires de l’éolien Offshore.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !

Par ailleurs, merci à Benjamin pour avoir photographié notre stand durant ce salon.

Et si vous avez eu l’occasion de pouvoir participer aux sorties en mer sur le Surfer 19011, n’hésitez pas à nous laisser un petit message 🙂

La revue de presse

Bonjour,

Retrouvez nous dans le prochain Hors Série spécial Chantiers Navals du magazine Le Marin à paraître ce 6 Février 2014

Le Marin Spécial Chantier Naval

Le Marin Spécial Chantier Naval

Bonne année

Toute l’équipe des Chantiers Allais vous souhaite une excellente année 2014, qu’elle soit synonyme de réussite, de santé et de bonheur.

A très bientôt 🙂

Bonnes Fêtes de fin d’année

Bonjour,

Toute l’équipe des Chantiers Allais vous souhaite de passer de très bonnes fêtes de fin d’année 🙂

Rendez vous l’année prochaine !

Notre stand au salon Europort

Bonjour,

Une petite photo de notre stand au salon Europort qui s’est tenu du 5 au 8 novembre 2013. La prochaine édition aura lieu du 3 au 6 novembre 2015.

Venez nous retrouvez à partir de demain au salon EWEA Offshore qui se tiendra à Francfort jusqu’au 21 novembre (stand 31A29).

Chantiers Allais au salon EWEA 2013

Chantiers Allais au salon Europort 2013

 

De l’offshore pétrolier à l’offshore éolien

Depuis 1987, Chantiers Allais a construit plus de 200 unités de 13 à 28 m, de type crewboat pour l’offshore pétrolier.

Nous avons appris de nos clients, les particularités de ce type de navires, soumis à des contraintes d’utilisation qu’il ne faut pas sous estimer.

Au cours de ces années, dans un esprit de partenariat, notre créativité nous a permis de contribuer à l’évolution de la conception de ces “outils”, destinés aux transport des personnels et de petit fret, et devant assurer leur service, 360 jours par an.

La fidélité de notre client BOURBON (www.bourbon-online.com) témoigne de sa confiance, acquise au fil du temps, et basée sur la satisfaction que lui a apporté, la qualité de constructions des SURFER que nous lui avons livrés.

Dans la perspective du développement de l’offshore éolien, nous avons décidé de développer une gamme de navire dédiés à la maintenance des parcs d’éoliennes en mer.

La conception des modèles de cette gamme bénéficiera de notre expérience, mais aussi de celle de partenaires qui ont souhaité que les Chantiers Allais soient associés à leur démarche de développement sur le marché de l’éolien offshore français.

Nous pourrons très prochainement vous présenter ces partenaires qui sont des précurseurs dans l’exploitation de crewboat dédiés à l’éolien offshore, et qui occupent une position de leader de dimension européenne.

Les bateaux du futur, le futur des bateaux

La crise financière et l’accident de Fukushima, qui ont ébranlé nos convictions sur notre capacité à maîtriser les conditions de notre futur immédiat, ont laissé intacte, notre capacité à nous projeter dans un futur plus lointain, nous incitant à redoubler de créativité, pour développer dès aujourd’hui, les innovations sur lesquelles devront reposer notre avenir.

« Les bateaux du futur », thème émergeant des réflexions du Grenelle de l’Environnement sur les transports de demain, dessine le futur des bateaux, autant qu’il nous interroge sur notre capacité à en être les acteurs.

Il est fort à parier que d’ici à plusieurs siècles, dès lors que nous voudrons nous déplacer à la surface de la mer jolie, la théorie du navire n’aura pas beaucoup évoluée, et que nous seront toujours confrontés aux principes qu’ont définis en leur temps, Archimède et Froude.

Sans doute, l’évolution de la technologie des matériaux, l’omniprésence de l’intelligence artificielle, nous aura permis des progrès, que l’on peut, dès aujourd’hui, anticiper.

Néanmoins, un bateau de surface sera toujours une coquille déplaçant un volume d’eau égal à sa masse, condamnée à avancer en luttant contre la résistance du frottement de sa surface immergée, avec l’eau, dont les caractéristiques de viscosité, seront, tout au moins pouvons nous l’espérer pour notre survie, identiques à ce qu’elles sont aujourd’hui.

Et cette coquille, il faudra alors savoir, la concevoir et la construire.

Le future des bateaux, sera donc fonction du future des chantiers.

Nous avons misé en Europe, depuis le début de la décennie précédente, sur l’innovation, comme moteur de nos industries navales.

Nous n’avions d’ailleurs guère d’autre alternative, étant entendu que nous ne pouvions nous mesurer, en termes de prix, à des compétiteurs opérant dans des pays à faible coûts de main d’œuvre.

Cette option de compétitivité, reposant sur la valeur ajoutée par le savoir faire non concurrencé, celui issue d’une culture industrielle vielle de plus de deux siècles, ayant suscité la créativité scientifique et technique pour en accompagner le progrès, a permis de sauvegarder, dans la plupart des pays européens ayant une tradition de grands chantiers, au moins l’un deux, véritable porte étendard de « la Naval ».

Nous n’avons pas, cependant, pu sauvegarder tous les savoirs faire, entre autre ceux-ci concentrés dans de petits et moyens chantiers, dont le nombre, au niveau européen, n’a cessé de décroitre au cours de la même période.

Il est probable que d’ici quelques décennies, l’équilibre des prix industriels se soit réalisé à l’échelle mondiale, tant du fait de l’équilibre des niveaux de vie, que du fait du renchérissement du coût des transports.

Si les grands navires continueront, comme naguère avant aujourd’hui, d’être construits partout où il existera des chantiers ayant les capacités de les réaliser, la construction des petits et moyens navires, devrait progressivement, redevenir une activité de proximité, au même titre que beaucoup d’autre produits.

Cette perspective nous invite donc à sauvegarder nos savoirs faire, dès aujourd’hui, car ils seront nécessaires à la construction de nos bateaux du futur.

Nous avons quelques bonnes raisons de penser qu’il est possible de le faire.

Certaines flottilles ont une moyenne d’âges élevée, telle celle de la pêche, créant des conditions accidentogènes, qui rendent inévitable, la nécessité de son renouvellement.

De nouveaux besoins émergent en Europe, telle la création d’une flottille de crewboats pour les activités liées aux Energies Maritimes Renouvelables.

La volonté politique semble déterminée à mettre en œuvre, dès maintenant, des solutions d’accompagnement, afin que ce processus se réalise : en France, l’Emprunt National pour les Investissements d’Avenir, suivant les recommandations du rapport Juppé Rocard, va dans ce sens.

Un accompagnement de 100 M€ destiné à aider financièrement au développement d’innovations, afin de renforcer la capacité de ré industrialisation du secteur de la construction naval, piloté par l’ADEME pour le compte du CGI, fait l’objet d’un Appel à Manifestation d’Intérêt auprès des acteurs du secteur, piloté par l’ADEME par délégation du CGI.

Espérons que cette initiative permettra d’opérer une réelle redynamisation des entreprises du secteur, afin qu’elle puisse se préparer, dès maintenant à construire les navires du futur, en attirant, autre condition de la survie de nos chantiers, les jeunes vers des formations à nos métiers, qui pourrait, bientôt, redevenir des métiers d’avenir.