EWEA Offshore 2013, le salon de l’expectative

Nous avons clôturé notre campagne commerciale 2013 par la participation du chantier au salon EWEA Offshore 2013 de FRANCFORT, qui a confirmé ce que nous avions ressenti dès SEAWORK en Juin : le marché de l’éolien est en pause.

Après la dynamique créée par la réalisation des projets au Royaume Uni entre 2004 et 2012, l’enthousiasme suscité par le Round 3 et les programme en Allemagne, marque le pas. La réalité des conditions d’opération en haute mer impose aux industriels la prise en compte des couts de l’investissement qu’ils n’avaient pas clairement estimés auparavant, les conduisant à exiger une renégociation des tarifs de vente du kW/h produit.

La balle est maintenant dans le camp des gouvernements, qui devront se résoudre à annoncer des augmentations significatives aux consommateurs pour les années à venir, s’ils veulent faire aboutir leurs projets d’énergie renouvelable basé sur l’éolien.

Pour info, nous participerons à la convention internationale des énergies marines renouvelables qui se déroulera les 9 & 10 avril 2014 à Cherbourg, plus d’informations ici

Notre stand au salon Europort

Bonjour,

Une petite photo de notre stand au salon Europort qui s’est tenu du 5 au 8 novembre 2013. La prochaine édition aura lieu du 3 au 6 novembre 2015.

Venez nous retrouvez à partir de demain au salon EWEA Offshore qui se tiendra à Francfort jusqu’au 21 novembre (stand 31A29).

Chantiers Allais au salon EWEA 2013

Chantiers Allais au salon Europort 2013

 

Surfer 19008 Launching

Mise à l’eau du Surfer 19008

Bonjour,

Aujourd’hui (le 29/10/2013), le Surfer 19008, crewboat pour Bourbon, vient de sortir de notre atelier de production et a été mis à l’eau.

Pour rappel, ce navire affiche une longueur de 19.02m et une largeur de 4.93m, propulsé par hydrojet Hamilton et alimenté par deux moteurs Man, ce navire offre une vitesse de croisière de 30 noeuds.

Surfer 19008 Launching

Rendez vous aux alentours du 2 décembre 2013 pour la mise à l’eau de deux nouveaux Surfers, le 14009 et le 19009

EWEA OFFSHORE 2013

Chantier Allais sera présent au salon EWEA OFFSHORE 2013 qui se déroulera en Allemagne du 19 au 21 Novembre 2013

Europort

Chantiers Allais sera présent du 5 au 8 novembre au salon Europort qui se déroulera à Rotterdam.

EWEA 2012 – Copenhague

Chaque année, l’European Wind Energy Association organise un salon dédié aux industries européennes de l’éolien.

Cette années, la Région Basse Normandie a décidé d’être présente sur le salon EWEA 2012, qui se déroule du 16 au 19 Avril à Copenhague, afin d’affirmer sa volonté d’inscrire la région dans le processus de développement lié au marché de l’offshore éolien.

Chantiers ALLAIS a répondu présent, et sera donc présent sur le stand BC10.

Chantiers ALLAIS y présentera pour la première fois sa gamme de Crew Transfer Vessel répondant aux besoins des industriels de l’éolien en charge de la maintenance des éoliennes en mer.

Les CTV sont à l’offshore éolien ce que sont les Crewboats à l’offshore pétrolier. Ils assurent le transfert des techniciens de maintenance sur les plateformes d’accès aux installation en mer ouverte.

La gamme des chantiers ALLAIS est constituée de monocoque et de catamaran qui bénéficient de son expérience acquise depuis 1987 dans la conception et la construction des SURFER de BOURBON.

De l’offshore pétrolier à l’offshore éolien

Depuis 1987, Chantiers Allais a construit plus de 200 unités de 13 à 28 m, de type crewboat pour l’offshore pétrolier.

Nous avons appris de nos clients, les particularités de ce type de navires, soumis à des contraintes d’utilisation qu’il ne faut pas sous estimer.

Au cours de ces années, dans un esprit de partenariat, notre créativité nous a permis de contribuer à l’évolution de la conception de ces “outils”, destinés aux transport des personnels et de petit fret, et devant assurer leur service, 360 jours par an.

La fidélité de notre client BOURBON (www.bourbon-online.com) témoigne de sa confiance, acquise au fil du temps, et basée sur la satisfaction que lui a apporté, la qualité de constructions des SURFER que nous lui avons livrés.

Dans la perspective du développement de l’offshore éolien, nous avons décidé de développer une gamme de navire dédiés à la maintenance des parcs d’éoliennes en mer.

La conception des modèles de cette gamme bénéficiera de notre expérience, mais aussi de celle de partenaires qui ont souhaité que les Chantiers Allais soient associés à leur démarche de développement sur le marché de l’éolien offshore français.

Nous pourrons très prochainement vous présenter ces partenaires qui sont des précurseurs dans l’exploitation de crewboat dédiés à l’éolien offshore, et qui occupent une position de leader de dimension européenne.

Les bateaux du futur, le futur des bateaux

La crise financière et l’accident de Fukushima, qui ont ébranlé nos convictions sur notre capacité à maîtriser les conditions de notre futur immédiat, ont laissé intacte, notre capacité à nous projeter dans un futur plus lointain, nous incitant à redoubler de créativité, pour développer dès aujourd’hui, les innovations sur lesquelles devront reposer notre avenir.

« Les bateaux du futur », thème émergeant des réflexions du Grenelle de l’Environnement sur les transports de demain, dessine le futur des bateaux, autant qu’il nous interroge sur notre capacité à en être les acteurs.

Il est fort à parier que d’ici à plusieurs siècles, dès lors que nous voudrons nous déplacer à la surface de la mer jolie, la théorie du navire n’aura pas beaucoup évoluée, et que nous seront toujours confrontés aux principes qu’ont définis en leur temps, Archimède et Froude.

Sans doute, l’évolution de la technologie des matériaux, l’omniprésence de l’intelligence artificielle, nous aura permis des progrès, que l’on peut, dès aujourd’hui, anticiper.

Néanmoins, un bateau de surface sera toujours une coquille déplaçant un volume d’eau égal à sa masse, condamnée à avancer en luttant contre la résistance du frottement de sa surface immergée, avec l’eau, dont les caractéristiques de viscosité, seront, tout au moins pouvons nous l’espérer pour notre survie, identiques à ce qu’elles sont aujourd’hui.

Et cette coquille, il faudra alors savoir, la concevoir et la construire.

Le future des bateaux, sera donc fonction du future des chantiers.

Nous avons misé en Europe, depuis le début de la décennie précédente, sur l’innovation, comme moteur de nos industries navales.

Nous n’avions d’ailleurs guère d’autre alternative, étant entendu que nous ne pouvions nous mesurer, en termes de prix, à des compétiteurs opérant dans des pays à faible coûts de main d’œuvre.

Cette option de compétitivité, reposant sur la valeur ajoutée par le savoir faire non concurrencé, celui issue d’une culture industrielle vielle de plus de deux siècles, ayant suscité la créativité scientifique et technique pour en accompagner le progrès, a permis de sauvegarder, dans la plupart des pays européens ayant une tradition de grands chantiers, au moins l’un deux, véritable porte étendard de « la Naval ».

Nous n’avons pas, cependant, pu sauvegarder tous les savoirs faire, entre autre ceux-ci concentrés dans de petits et moyens chantiers, dont le nombre, au niveau européen, n’a cessé de décroitre au cours de la même période.

Il est probable que d’ici quelques décennies, l’équilibre des prix industriels se soit réalisé à l’échelle mondiale, tant du fait de l’équilibre des niveaux de vie, que du fait du renchérissement du coût des transports.

Si les grands navires continueront, comme naguère avant aujourd’hui, d’être construits partout où il existera des chantiers ayant les capacités de les réaliser, la construction des petits et moyens navires, devrait progressivement, redevenir une activité de proximité, au même titre que beaucoup d’autre produits.

Cette perspective nous invite donc à sauvegarder nos savoirs faire, dès aujourd’hui, car ils seront nécessaires à la construction de nos bateaux du futur.

Nous avons quelques bonnes raisons de penser qu’il est possible de le faire.

Certaines flottilles ont une moyenne d’âges élevée, telle celle de la pêche, créant des conditions accidentogènes, qui rendent inévitable, la nécessité de son renouvellement.

De nouveaux besoins émergent en Europe, telle la création d’une flottille de crewboats pour les activités liées aux Energies Maritimes Renouvelables.

La volonté politique semble déterminée à mettre en œuvre, dès maintenant, des solutions d’accompagnement, afin que ce processus se réalise : en France, l’Emprunt National pour les Investissements d’Avenir, suivant les recommandations du rapport Juppé Rocard, va dans ce sens.

Un accompagnement de 100 M€ destiné à aider financièrement au développement d’innovations, afin de renforcer la capacité de ré industrialisation du secteur de la construction naval, piloté par l’ADEME pour le compte du CGI, fait l’objet d’un Appel à Manifestation d’Intérêt auprès des acteurs du secteur, piloté par l’ADEME par délégation du CGI.

Espérons que cette initiative permettra d’opérer une réelle redynamisation des entreprises du secteur, afin qu’elle puisse se préparer, dès maintenant à construire les navires du futur, en attirant, autre condition de la survie de nos chantiers, les jeunes vers des formations à nos métiers, qui pourrait, bientôt, redevenir des métiers d’avenir.

Chantiers ALLAIS adhère au GICAN

Nous avons fait parvenir au Président du GICAN, Monsieur Jean Marie POIMBOEUF, notre demande d’adhésion au Groupement des Industries de Construction et Activités Navale.

Il nous semble en effet important de participer activement aux efforts des entreprises de notre secteur, qui regroupent des savoirs faire et des compétences qui ont pu être mis à mal, au cours des dernières décennies, mais pourraient bien, au cours des suivantes, être, à nouveau, créatrices de développements économiques et d’emplois.

Il convient donc, selon nous, d’y oeuvrer dès à présent, même si nous travaillons ainsi à un devenir que nous ne vivront pas nécessairement, mais pour lequel il est important que nous ne constituions pas qu’une mémoire, mais le fondement d’un avenir, plus radieux pour les jeunes, qui comme nous, souhaitent s’investir dans le domaine de la construction et des activités navales.

Certes au sein de l’assemblée des adhérents, nous ne sommes qu’une PME parmi d’aurtes, et nous avons parfois des problématiques différentes de celles des grandes entreprises qui sont les fleurons de notre secteur.

Mais nous partageons tous, au delà de nos problématiques particulières, le privilège d’appartenir au monde maritime, auquel nous sommes attachés par des liens qui dépassent la seule rationalité de nos organsiations.

De grands défis nous attendent.

La mer n’a sans doute pas révélé tous ses potentiels pour notre humanité, et constitue sans doute, un élément de réponse à son avenir, dont nous ne faisons qu’entrevoir, aujourd’hui, les perspectives.

Nos entreprises doivent s’y préparer, tout en assurant, dans un contexte, qui nous semble être celui d’une transition, la préservation de se qui leur permettra de répondre à ces défis : leur extraodinaire capacité créative, source d’innovation dans les domaines techniques et organsiationnels.

Chantiers Allais veut être un des acteurs de cet investissement pour l’avenir, humble et honnête, mais soucieux de s’impliquer avec rigueur et responsabilité, dans la finalité d’un résultat qui doit faire honneur au monde maritime auquel il appartient.

Maritima 2010

Les chantiers Allais au Salon Maritima du 8 au 10 décembre 2010 à Paris , Porte de Versailles